Vous êtes ici: Accueil > Présentation > Mamou

Préfecture de mamou

La Région Administrative de Mamou a été très tôt, appelée à jouer un rôle important dans l’évolution économique de notre pays : elle a appartenu à l’époque coloniale au triangle bananier de la Guinée au moment où celle-ci tirait l’essentiel de ses ressources en devises, de l’exportation des produits agricoles (Forécariah – Dubréka - Mamou). En dehors de sa position carrefour, de voie d’accès incontournables aux autres régions de la Guinée, elle abrite la source des principaux cours d’eaux du pays et de sa sous-région (Konkouré, Bafing, la Kaba et fleuve Sénégal). C’est à la Région de Mamou, que la Guinée doit son nom de « château d’eau de l’Afrique de l’Ouest », ce qui indique son importance dans le tissu économique et industriel du pays. En tant que Région Administrative, Mamou a été créée par la Loi 027/CTRN/94 en date du 18 Août 1994. Elle est une partie intégrante du grand ensemble de la Moyenne Guinée dont elle épouse toutes les caractéristiques physiques, socio-économiques et culturelles. Elle est située à l’Est de Conakry à 268 km entre la 9ème et 12ème latitude Nord et les 11ème et 12°53 longitude Ouest, et occupe une position privilégiée surtout son chef lieu, à la croisée des principales artères desservant le pays. Au plan Administratif, elle compte 3 préfectures (Mamou, Dalaba et Pita), 36 Collectivités dont 3 Communes Urbaines et 33 CR, réparties comme suit : Mamou 14, Dalaba 10 et Pita 12 avec 38 Quartiers et 281 Districts. La Région de Mamou couvre une superficie de 15.900 km² avec une population de 732.117 habitants dont 400.396 femmes et 331.721 hommes, pour une densité moyenne de 43 habitants/ km² (RGPH-2014). La Région Administrative de Mamou couvre 28,6% de la superficie de la Moyenne Guinée (55.519 km²). Le relief de la Région est caractérisé par les montagnes et plateaux variant entre 700 m et plus de 1000 m d’altitude, limitant ainsi les possibilités de mettre sur pied de grands projets culturaux au niveau du plateau central, par conséquent les paysans pratiquent une pression sur les flancs des montagnes. Les principaux sommets sont : Le mont Tinka à Dalaba (1 425 m), le mont de la table de Maci Pita (1 264 m) et le mont Banga Mamou (1 176 m). Son climat est de type tropical modifié, Foutanien avec deux saisons de presque égale durée, 3 227 mm d’eau tombée (2006). Le climat varie d’une saison à une autre des maxima et minima (26° maxima et des minima allant de 14 à 18°). La population de la Région Administrative de Mamou est composée de plusieurs groupes ethniques dont les principaux sont : les Peulhs, les Dialonkés, les Malinkés, les Soussous, les Limbans, les Kissiens, les Tomas, les Guerzés , les Manos etc… C’est à juste titre que, la Région de Mamou est présentée comme une véritable mosaïque d’ethnies à très large prédominance peulh, et où la population est fortement polyglotte et intégrée La Religion musulmane (l’Islam) est la plus dominante et le Pular la langue la plus parlée. Selon les perspectives démographiques, en 2010 la population de la Région Administrative de Mamou était de 816 798 habitants dont 373 028 à Mamou, 263 796 à Pita et 179 974 à Dalaba. Sur les 612.218 habitants que compte la Région, seuls 11,53% soit 70.604 habitants vivent en zone urbaine dont 49.479 à Mamou, 7.036 à Dalaba et 14 089 à Pita. En milieu rural 541 604 habitants y demeurent dont respectivement 186 847, 129 620 et 225 147 à Mamou, Dalaba et Pita. La population rurale est estimée à près de 89%. Quant aux femmes, véritable moteur du développement, elles représentent : 53,8% de la population totale de la Région dont : 54,1% de la population rurale (293.246) 50,8% de la population urbaine (35.853). La densité moyenne de la Région est de 39 habitants / km², contre 31 habitants pour la Moyenne Guinée et 29,1 habitants / km² au niveau national. La plus forte densité est observée à Pita (51 habitants / km²) et la plus faible à Mamou (30 habitants / km²). Les principales activités économiques de la Région sont dominées par l’agriculture, l’élevage, le commerce, l’artisanat, l’exploitation forestière et plus ou moins les services. L’agriculture, bien que restant de très loin la première activité économique de la population rurale, n’assure plus un revenu suffisant aux paysans leur permettant de s’auto-suffire (sauf à quelques rares exceptions constituées par les productions maraîchères : La pomme de terre, la tomate, l’oignon, l’aubergine, le piment, …) Les principales cultures sont : Le riz, le maïs, le fonio, la pomme de terre, la patate, le taro, le manioc, l’arboriculture et les cultures maraîchères. La culture de la pomme de terre a connu un réel progrès au Foutah en général et en particulier dans la Région de Mamou. Une puissante organisation des producteurs spécialisés en Filières dénommée Fédération des Paysans du Foutah Djallon (FPFD) ayant son siège à Timbi – Madina (Pita), grâce à l’encadrement technique des services de l’Agriculture et ses partenaires a pu hisser la Région au rang de leader National en matière de production de la pomme de terre. La production se pratique dans toutes les 3 préfectures de la Région, notamment à Timbi-Madina (Pita), Soumbalako (Mamou) et Dalaba. La production qui était de 10 à 15 tonnes/ha varie aujourd’hui entre 15 à 25 tonnes à l’hectare.

Contraintes

La problématique du développement de la Région de Mamou, est de savoir dans quelles mesures on peut lever les contraintes et valoriser les potentialités au profit de la population. Exode rural Insuffisance d’investissement dans les secteurs du tourisme, de l’artisanat et des services Insuffisance de structures formalisées pour mobiliser les apports financiers émigrants Faible diversification de l’économie régionale.

Potentialités

La Région dispose de quelques atouts pour soutenir et encourager l’agriculture, notamment les barrages hydro-agricoles de Dounkimagna (Dalaba), de Bafing 1 et 2 dans Tolo (Mamou), de capacités respectivement de 710.000, 538.000 et 78.000 m3 d’eau A ceux-là il faut ajouter les aménagements des plaines de Kankalabé (Wansan et Mansaya), de Hollandé Thyalé (Pita) et de Soumbalako (Mamou). Et enfin l’existence des 2 unités industrielles bien que non fonctionnelles actuellement : la conserverie de Mamou et l’usine d’outillage agricole USOA. On note une certaine amélioration des infrastructures de base notamment l’éducation, la santé, les ouvrages de franchissements, l’eau potable, la téléphonie mobile, etc. Elles sont de plusieurs ordres : naturel, économique, démographique et socio culturel (voir tableaux synoptiques document plan quinquennal Mamou) Pour assurer son développement socio-économique, la Région de Mamou dispose de nombreux atouts et contraintes. Elle dispose d’importantes potentialités hydro-agricoles et énergétiques, Sa position géographique privilégiée, sa forte densité et les opportunités de diversifier les activités non agricoles notamment : Tourisme, l’hôtellerie, l’artisanat, la pêche, les PME, PMI et autres services constituent des atouts majeurs pour son développement. A cela, s’ajoute le dynamisme de sa population, l’existence et le fonctionnement des organisations paysannes comme par exemple, la Fédération des paysans du Fouta Djallon dont le siège est à Timbi-madina (Pita) qui a réussi à insuffler un dynamisme nouveau à la population, la productivité et la commercialisation des produits agricoles comme la pomme de terre, l’oignon et la tomate. La contribution de la Région Administrative de Mamou dans la production nationale de ces trois filières est respectivement de 98% , 60% et 50% pour la pomme de terre, l’oignon et la tomate. Pour la pomme de terre, la Région reste le leader national.

Source: http://invest.gov.gn/guinee#tab-regions

Mamou

INVESTISSEMENT PREVU

MONTANT BUDGET NATIONAL DE DEVELOPPEMENT (BND)

FINANCEMENT EXTERIEUR

TOTAL

Réhabilitation de la route Coyah-Mamou

            25.00

  Milliards 

 

 

            25.00

Milliards

Bitumage voiries Region Administrative de Mamou

              5.07

  Milliards 

 

 

              5.07

Milliards

Construction route Mamou-Faranah

            18.95

  Milliards 

 

 

            18.95

Milliards

Bitumage de la route Mamou-Dabola-Kouroussa

              2.00

  Milliards 

 

 

              2.00

Milliards

Finalisation des travaux des infrastructures pour la célébration de la fête d'indépendance

            10.00

  Milliards 

 

 

            10.00

Milliards

Subventions Communes ( urbaine et Rurales )

          481.25

  Millions 

 

 

 

 

C.U Mamou

75

 Millions 

Bouliwel

31.25

 Millions 

Dounet

31.25

 Millions 

Gongoret

31.25

 Millions 

Kegneko

31.25

 Millions  

konkouré

31.25

 Millions 

Niagara

31.25

 Millions 

Woure-Kaba

31.25

 Millions 

Poredaka

31.25

 Millions 

Saramoussaya

31.25

 Millions 

Soyah

31.25

 Millions 

Teguereya

31.25

 Millions 

Timbo

31.25

 Millions 

Tolo

31.25

 Millions 

 

DESIGNATION

BANQUE

MONTANT

Région de Mamou

 

 

 481,25 Millons

1

C.U Mamou

BICIGUI

 75 Millions

2

Bouliwel

BICIGUI

 31,25 Millions

3

Dounet

SGBG

 31,25 Millions

4

Gongoret

BICIGUI

 31,25 Millions

5

Kegneko

SGBG

 31,25 Millions

6

konkouré

SGBG

 31,25 Millions

7

Niagara

BICIGUI Mamou

 31,25 Millions

8

Woure-Kaba

BICIGUI Mamou

 31,25 Millions

9

Poredaka

BCRG Mamou

 31,25 Millions

10

Saramoussaya

BICIGUI Mamou

 31,25 Millions

11

Soyah

SGBG

 31,25 Millions

12

Teguereya

SGBG

 31,25 Millions

13

Timbo

BICIGUI Mamou

 31,25 Millions

14

Tolo

BICIGUI Mamou

 31,25 Millions